Aller au contenu principal
Rechercher

Actualités

Mardi 6 mars 2018  

Le programme de biocarburants à base d’algues d’ExxonMobil et de Synthetic Genomics prévoit une production de 10 000 barils par jour d’ici 2025

  • En Californie, le programme a entamé des essais en extérieur avec des souches d’algues naturelles
  • afin de déterminer l’ingénierie fondamentale nécessaire pour adapter à grande échelle cette technologie
  • La phase d’essai en extérieur est une étape critique vers la production commerciale

IRVING, Texas et LA JOLLA, Californie – ExxonMobil et Synthetic Genomics Inc. ont annoncé aujourd’hui une nouvelle phase de leur programme commun de recherche sur les biocarburants à base d’algues qui pourrait permettre de produire 10 000 barils de biocarburant à base d’algues par jour d’ici 2025.

La nouvelle phase de recherche comprend une étude sur le terrain en extérieur qui consistera à cultiver des algues naturelles dans plusieurs bassins confinés en Californie. La recherche permettra à ExxonMobil et Synthetic Genomics de mieux comprendre les paramètres d’ingénierie fondamentale, notamment la viscosité et le débit, qui ne peuvent pas facilement être reproduits en laboratoire. Les résultats de ces travaux sont importants pour comprendre comment adapter la technologie à un déploiement commercial potentiel.

Des travaux supplémentaires seront nécessaires pour adapter la production à plus grande échelle. Les deux entreprises poursuivent la recherche fondamentale sur la biologie des algues dans leurs laboratoires alors que les études sur le terrain progressent. ExxonMobil prévoit que 10 000 barils de biocarburant à base d’algues pourraient être produits par jour d’ici 2025, en fonction des recherches menées à ce jour et des capacités techniques émergentes.

« Notre partenariat avec Synthetic Genomics pour les biocarburants à base d’algues continue d’être un élément important dans notre recherche à plus grande échelle de technologies à plus faibles émissions pour aider à réduire les risques de changement climatique », a déclaré Vijay Swarup, vice-président de la recherche et du développement chez ExxonMobil et Engineering Company. « La nouvelle phase en extérieur est une étape cruciale pour la mise en place d’une production commerciale à grande échelle. »

Cette recherche en extérieur fait suite à des années de recherche biologique fondamentale de la part des entreprises afin de comprendre et d’améliorer la production d’huile d’algues.

« Nous sommes ravis d’entamer cette prochaine étape importante tout en nous dirigeant ensemble vers un biocarburant renouvelable, évolutif et à faible teneur en carbone », a déclaré Oliver Fetzer, Ph. D., président-directeur général de Synthetic Genomics. « Les progrès que nous réalisons en laboratoire pour produire des souches d’algues hautement efficaces qui convertissent la lumière et le CO2 en biocarburant renouvelable à haute densité énergétique sont passionnants et justifient d’effectuer des recherches continues sur la façon dont notre technologie évoluera. Notre installation d’algues en extérieur est un tremplin parfait pour transférer nos recherches de nos laboratoires à la serre puis à l’extérieur et ainsi mettre en place les bases d’un déploiement commercial futur à grande échelle de notre technologie. »

Depuis 2009, ExxonMobil et Synthetic Genomics se sont associées pour faire des recherches et exploiter l’huile des algues en vue de l’utiliser comme source d’énergie renouvelable à faible taux d’émission comme alternative aux carburants traditionnels utilisés pour le transport.

ExxonMobil participe à une grande variété de recherches sur les biocarburants de pointe en collaborant avec des universités, laboratoires gouvernementaux et d’autres sociétés.

En 2017, ExxonMobil et Synthetic Genomics ont annoncé dans Nature Biotechnology qu’ils travaillaient sur un projet révolutionnaire qui a produit une souche d’algues modifiée qui a plus que doublé la teneur en huile sans inhiber de manière significative sa croissance, un défi majeur sur la voie de l’adaptation commerciale à grande échelle.

On prévoit que la demande mondiale d’énergie pour le transport augmentera d’environ 25 pour cent jusqu’à 2040. Accélérer la réduction des émissions du secteur du transport sera un facteur clé pour réduire les émissions des gaz à effet de serre à échelle mondiale.

ExxonMobil participe activement à des recherches portant sur d’autres technologies de réduction des émissions, y compris le captage et la séquestration du carbone. En 2016, ExxonMobil a annoncé son association avec la société établie au Connecticut, FuelCell Energy, Inc. pour avancer l’utilisation de piles à combustible à carbonate afin de capturer de manière économe les émissions de carbone des centrales électriques tout en générant de l’hydrogène et de l’électricité additionnelle. Depuis l’an 2000, ExxonMobil a dépensé environ 8 milliards de dollars américains pour développer et déployer des solutions énergétiques à faible taux d’émission dans ses opérations.

Fermer