Aller au contenu principal
Rechercher

Qualité de l’air

Les processus de production des raffineries et des usines chimiques s’accompagnent de l’émission de diverses substances toxiques.

Il s’agit principalement de dioxyde de soufre (SO2), d’oxydes d’azote (NOx) et d’hydrocarbures ou composés organiques volatils (COV). Le dioxyde de soufre et les oxydes d’azote contribuent à l’acidification de l’atmosphère et du sol, tandis que les hydrocarbures et les oxydes d’azote renforcent la formation du smog.

Les émissions de SO2 et de NOx des complexes industriels d’ExxonMobil se situent bien en dessous des normes légales, car seul du gaz est utilisé pour satisfaire les besoins de chauffage. Les émissions de COV sont faibles grâce à l’utilisation de joints spéciaux ou à l’installation d’un toit flottant à l’intérieur des réservoirs, à la récupération des vapeurs lors du chargement des péniches et des camions et à des programmes de mesure et de maintenance spéciaux visant à détecter et à réparer les fuites.

Afin d’améliorer la qualité de l’air dans les États membres, l’Union européenne a élaboré diverses nouvelles règles environnementales. Le taux de désulfuration est ainsi toujours plus strict. Depuis 2009, le diesel ne peut plus contenir que 10 ppm (parties par million) de soufre au maximum. C’est pour cette raison qu’ExxonMobil a construit une nouvelle [[LINK (/Benelux-Dutch/Newsroom/Publications/20070115_ReflexHTM_NL/heatingoilupgradingproject.htm):installation de désulfuration]] à Rotterdam.

Fermer