Le rôle d’ExxonMobil dans la résolution du problème de l’eau

Nous reconnaissons l’importance de l’eau et notre responsabilité envers les communautés locales et l’environnement.  En tant que tel, nous concentrons nos efforts sur la prévention des impacts négatifs sur les ressources en eau et la gestion prudente de l’eau que nous utilisons. 

Article

DANS CET ARTICLE

Le rôle d’ExxonMobil dans la résolution du problème de l’eau

Cadre directeur sur l’eau

L’énergie est plus qu’une marchandise : C’est un catalyseur de progrès. Une énergie abordable et fiable améliore les conditions de vie, crée des emplois et contribue aux opportunités d’amélioration de la santé, de l’éducation et du bien-être social. Soutenir ces progrès en répondant à la demande croissante mondiale en énergie est un défi énorme.

Dans le cadre d’une approche globale de gestion des risques, nous nous engageons à gérer l’interaction de nos activités avec l’eau afin de :

  • Protéger la santé humaine et l’environnement
  • Prendre en compte les besoins en eau locaux lors de la considération des exigences opérationnelles
  • Amélioration continue des capacités et des performances
  • Impliquer les intervenants dans le développement de solutions en matière d’eau durables

Étant donné que les défis liés à l’eau sont plus efficacement traités avec des solutions locales, nous inclurons des exemples qui mettent en évidence des principes globaux ainsi que des solutions adaptées aux conditions opérationnelles locales et spécifiques aux sites.

Protéger la santé humaine et l’environnement

ExxonMobil protège la santé humaine et l’environnement en évitant les déversements et les fuites et en minimisant l’impact du prélèvement, de la consommation d’eau et des rejets dans l’eau.

Nous utilisons un système de gestion cohérent au niveau mondial appelé Système de gestion de l’intégrité des opérations pour garantir ce principe. Les 11 éléments de ce système de gestion fournissent une approche systématique, structurée et disciplinée pour gérer les risques environnementaux et socio-économiques, mesurer les progrès et suivre la responsabilité dans les secteurs d’activité, les installations et les projets. La planification des activités environnementales est intégrée au cycle de vie complet de nos opérations, des évaluations d’impact initiales au design et à la construction des installations, par le démarrage et les opérations jusqu’à la fin de vie et l’abandon.

Conception visant à atténuer les impacts sur l’eau

ExxonMobil gère l’impact négatif potentiel des rejets dans l’eau à l’aide de systèmes de traitement efficaces incorporés dans la conception et les opérations des sites.

Par exemple, la raffinerie de Baton Rouge, en Louisiane, a récemment mis en place une installation de traitement des eaux usées biologique avancé qui réduit les rejets d’azote totaux de 500 tonnes par an. Bien que la raffinerie soit un contributeur relativement faible concernant les rejets totaux de nitrate dans le bassin du Mississippi, cette réduction volontaire aura des avantages environnementaux directs sur le Golfe du Mexique, où des niveaux élevés de rejets de nitrate sur plusieurs années ont créé une zone morte, ou une zone de faible oxygène.

Prévention des déversements

ExxonMobil utilise une approche de gestion rigoureuse pour réduire les déversements et les fuites avec impact significatif à zéro. Les initiatives comprennent :

  • Élaboration d’un guide de bonnes pratiques auquel peut être attribué une réduction des déversements de plus de 40 % en 4 ans
  • Une flotte maritime reconnue internationalement comme leader dans la prévention des déversements de navires en mer
  • Des programmes complets de gestion d’intégrité qui supervisent le transport de millions de barils de pétrole et de produits chimiques
  • Des exercices d’urgence allant des exercices « de bureau » aux exercices de terrain à pleine échelle
  • Développement d’un système de confinement des déversements de pétrole offshore à réponse rapide de 1 milliard USD pour le Golfe du Mexique
  • Collaboration avec les groupes de l’industrie pour partager l’expertise de protection de l’environnement et intégrer ces leçons aux meilleures pratiques du secteur

Chez ExxonMobil, nous avons récemment amélioré une approche des facteurs humains existants pour renforcer l’état d’esprit « zéro déversement » parmi les employés. Des spécialistes ont développé un guide pratique qui décrit 17 éléments à haut risque et les procédures correspondantes conçues pour réduire la probabilité d’un déversement causé par une erreur humaine. Ce guide a conduit à réduire de plus de 40 % ces déversements au cours des quatre premières années.

Le transport maritime de pétrole brut et de produits raffinés est un autre domaine où un état d’esprit d’amélioration continue a obtenu des résultats. La flotte maritime d’ExxonMobil, représentant plusieurs navires possédés ou loués en service quotidien, a été reconnue internationalement comme un leader dans la prévention des déversements en mer de navires.

ExxonMobil utilise des programmes complets de gestion de l’intégrité pour superviser le transport de millions de barils de produits pétroliers et chimiques sur des milliers de kilomètres de pipelines dans le monde entier. Par exemple, notre filiale de pipelines aux États-Unis teste régulièrement ses pipelines afin de détecter les problèmes de corrosion et d’intégrité et emploie du personnel qualifié dans les patrouilles terrestres et aériennes, les systèmes de pointe, les alarmes et autres techniques pour contrôler et surveiller en continu les itinéraires des pipelines. 

En plus de la prévention, nous nous concentrons sur le maintien d’un état de préparation pour répondre rapidement et efficacement aux incidents résultant de nos opérations. Pour s’assurer qu’une réponse à un incident sera coordonnée et efficace, chaque site mène des exercices d’urgence conformément aux exigences réglementaires ou aux directives de gestion, allant des exercices de « bureau » aux exercices de terrain à pleine échelle. Chaque année, nous effectuons des exercices complets de plusieurs jours dans des sites du monde entier, impliquant des équipes d’intervention d’urgence et des centaines d’employés, d’entrepreneurs et de spécialistes. Les participants sont confrontés à des scénarios réalistes et interagissent avec les autorités et agences locales.

La préparation à la réponse nécessite souvent une collaboration dans notre secteur. Par exemple, ExxonMobil s’est associé à plusieurs entreprises pour former l’organisme à but non lucratif Marine Well Containment Co. pour développer un système de confinement des déversements de pétrole offshore à réponse rapide pour le Golfe du Mexique. Le système, représentant un engagement combiné de plus de 1 milliard de dollars, fournit une technologie de confinement préconçue, construite et testée, et un équipement déployable dans les 24 heures suivant un déversement dans le Golfe.

Un autre exemple de collaboration avec les groupes industriels pour partager l’expertise en protection de l’environnement est le projet joint OGP-IPIECA sur les déversements de pétrole et de produits chimiques, dont ExxonMobil est un membre fondateur. En coopération avec l’American Petroleum Institute et d’autres, ce projet pluriannuel développe un large éventail de directives et de pratiques recommandées, des études scientifiques, des protocoles d’approbation et d’autres documents justificatifs qui traitent 19 domaines d’amélioration des capacités de réponse aux déversements de pétrole en tant que secteur. La Marcellus Shale Coalition est un autre exemple de la façon dont ExxonMobil contribue avec son expérience de forage spécifique à l’échelle mondiale et régionale à un effort sectoriel visant à développer des directives sur les bonnes pratiques de construction de puits, de récupération de site, de qualité de l’air et de gestion de l’eau.

ExxonMobil est également un partenaire du Subsea Well Response Project, une initiative visant à concevoir et à construire des équipements d’application de bouchage et de dispersant sous-marins pour une utilisation internationale, à l’exclusion des États-Unis et de l’Arctique, et à baser l’équipement dans des lieux de stockage en Europe du Nord, en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie-Pacifique. Le projet est l’un des résultats d’un effort conjoint de l’industrie visant à incorporer les leçons des incidents récents et à améliorer les capacités et pratiques futures de réponse.

Réduire les déversements avec de meilleures pratiques

XTO, une filiale d’ExxonMobil depuis 2010, a réduit son volume total* de 58 % au cours de sa première année de mise en œuvre de l’OIMS en incorporant les meilleures pratiques d’ExxonMobil en matière de gestion environnementale.

*agrégation des déversements d’hydrocarbures, de produits chimiques et de liquides de forage supérieurs à un baril

En savoir plus
Performance en matière de déversements

ExxonMobil divulgue ses résultats en matière de déversement chaque année, entre autres indicateurs de performance environnementale, dans le Rapport sur le développement durable.

En savoir plus

Prendre en compte les besoins en eau locaux

ExxonMobil tient compte des besoins locaux et des alternatives locales lors de l’approvisionnement en eau de nos opérations, notamment en identifiant et en gérant les risques liés à la disponibilité et à la qualité de l’eau.

ExxonMobil est actif dans les initiatives de collaboration de l’industrie afin de développer une suite d’outils standard pour la gestion systématique des ressources d’eau. L’IPIECA Global Water Tool for Oil and Gas est une version du World Business Council for Sustainable Development (WBCSD) Global Water Tool destiné aux entreprises pétrolières et gazières. L’outil aide les entreprises à cartographier l’utilisation d’eau et à évaluer les risques dans chaque partie de la chaîne de valeur au niveau régional. ExxonMobil effectue cet exercice de contrôle chaque année après que le WBCSD met à jour l’outil de gestion de l’eau mondiale avec de nouvelles données. Nous signalons le nombre d’installations situées dans des zones présentant un certain degré de stress hydrique ou de pénurie dans notre rapport annuel d’entreprise citoyenne.

Nous développons et mettons en œuvre des programmes locaux de gestion de l’eau dans les endroits où nous identifions des risques potentiels liés à l’eau. Dans certains cas, cela implique un examen des taux de consommation d’eau douce pour identifier les opportunités d’amélioration. Un outil plus ciblé est parfois utilisé pour identifier et classer les risques associés à la disponibilité et à la fiabilité des sources d’eau locales et des sites de rejets d’eaux usées. ExxonMobil a travaillé avec IPIECA et la Global Environmental Management Initiative (GEMI) pour développer un tel outil pour l’industrie pétrolière et gazière afin de compléter l’outil IPIECA Global Water Tool.

Notre consommation d’eau douce

ExxonMobil divulgue ses résultats en matière de  consommation d’eau chaque année, entre autres indicateurs de performance environnementale, dans le Rapport sur le développement durable.

En savoir plus

Remplacer, réduire, réutiliser et recycler

Nos opérations utilisent des sources d’eau alternatives, le cas échéant, et cherchent à réduire, réutiliser et recycler l’eau, en tenant compte des dilemmes potentiels tels que les déchets, l’énergie et les coûts.

Nous considérons plusieurs facteurs dans la détermination de la bonne approche pour un processus ou un site donné, y compris la disponibilité de l’eau locale, la qualité et l’impact environnemental. Nous évaluons les coûts réels, ainsi que les compromis potentiels, tels que l’efficacité opérationnelle variable, l’utilisation accrue d’énergie ou des flux de déchets plus concentrés. Ensemble, ces facteurs constituent une valeur implicite de l’eau, qui varie selon le site en raison des besoins locaux.

La consommation d’eau douce moyenne mondiale dans les raffineries ExxonMobil se situe dans l’extrémité inférieure de la plage d’estimations publiée par l’industrie.1 L’eau est une considération clé en Alberta, au Canada, dans le développement des sables bitumineux. Nous avons conçu les opérations pour les sables bitumineux Kearl afin de fonctionner avec de l’eau stockée pendant les mois d’hiver à faible débit afin de réduire les prélèvements dans la rivière Athabasca pendant cette période. Dans nos opérations de pétrole lourd de Cold Lake, au Canada, nous employons diverses mesures de réduction de l’utilisation d’eau, et environ 90 pour cent de l’eau utilisée sur le site est de l’eau non potable qui monte à la surface, avec le bitume pendant la production.

Le recyclage de l’eau produite pour la fracturation hydraulique est une technique que nous utilisons de plus en plus dans nos opérations, incluant les gisements de gaz de Fayetteville et Marcellus Shale aux États-Unis. Lorsque nous utilisons de l’eau douce, nous posons des pipelines lorsque cela est possible, réduisant ainsi le besoin de stockage et de transport par camion. Une fois les opérations de fracturation terminées, nous traitons ou éliminons de manière appropriée les sous-produits restants conformément aux réglementations locales, nationales et fédérales applicables.

La consommation d’eau douce moyenne mondiale dans les raffineries ExxonMobil se situe dans l’extrémité inférieure de la plage d’estimations publiée par l’industrie.

Intégrer l’écosystème et les considérations sociétales

ExxonMobil intègre l’écosystème actuel et futur et les considérations sociétales liés à l’eau aux efforts plus larges en matière d’environnement et de planification des activités.

La protection de la biodiversité et des écosystèmes existants est un domaine clé de la gestion des risques pour ExxonMobil. Par exemple, pour le projet de sables bitumineux de Kearl, Imperial Oil a construit le premier de trois lacs artificiels pour remplacer les zones utilisées par le développement des sables bitumineux. Ces lacs, qui finiront par se connecter au lac Kearl existant, seront suffisamment profonds pour permettre aux poissons d’y survivre aux hivers, quelque chose qui n’est pas toujours possible dans le lac Kearl lui-même. Les Premières nations indigènes de la région sont conseillées sur la construction du lac, et elles ont également fourni des conseils sur les espèces de poissons à stocker dans les lacs.

Amélioration continue des capacités et des performances

ExxonMobil utilise des recherches et analyses opérationnelles pour soutenir l’amélioration continue des technologies, pratiques et performances liées à l’eau dans notre secteur.

Recherche

Nous avons investi environ 8 milliards USD dans la recherche et le développement au cours des 10 dernières années, et près de 2 milliards USD dans des technologies liées à la sécurité et à l’environnement. Nous conduisons des travaux de recherche et développement de pointe par le biais d’efforts internes, ainsi qu’au travers de partenariats avec d’autres secteurs et en finançant des projets de recherche académique et d’autres projets non gouvernementaux. Voici quelques exemples liés à l’eau :

  • Les évaluations de cycle de vie comparent un produit ou une technologie avec des alternatives pour identifier les avantages environnementaux et les compromis entre plusieurs catégories, y compris l’eau.  ExxonMobil travaille à développer la science derrière les évaluations de cycle de vie en collaborant avec des universitaires et universités de premier plan. Les chercheurs d’ExxonMobil ont publié leurs résultats dans des revues évaluées par des pairs sur des sujets tels que les options technologiques des biocarburants à base d’algues et la production de gaz de schiste, incluant leurs impacts sur l’eau.
  • ExxonMobil est impliqué dans des projets de recherche collaborative, notamment des initiatives sectorielles majeures sur les effets environnementaux des sons sous-marins et la prévention et la réponse aux déversements de pétrole dans l’Arctique.
  • Imperial Oil, avec 11 autres opérateurs majeurs, a créé la Canadian Oil Sands Innovation Alliance (COSIA) en 2012. Actuellement, 13 entreprises, y compris Imperial, participent à la COSIA. Elle a été créée pour développer et partager des technologies améliorant les performances environnementales dans le secteur canadien des sables bitumineux. L’eau est l’une des zones prioritaires de COSIA.

Approche scientifique des améliorations

ExxonMobil applique une approche scientifique à l’amélioration des performances, à l’application de mesures, à la collecte de données et à l’analyse afin de générer de nouvelles perspectives sur les améliorations potentielles, les besoins technologiques et les opportunités de gestion des risques. 

L’évaluation et l’amélioration font partie intégrante de nos systèmes de gestion et de planification. Selon l’adage « ce qui est mesuré est géré », ces étapes sont étayées par des données. Le système de gestion des données environnementales d’ExxonMobil facilite la collecte de données au niveau du site, y compris l’eau, pour l’analyse des performances environnementales mondiales.

Les recherches informent également les processus et favorisent l’innovation. Dans les années 1970, Imperial Oil a commencé à rechercher la réutilisation d’eau produite pour générer de la vapeur dans ses opérations de Cold Lake ; cette pratique, plus l’utilisation de sources d’eau souterraine alternatives, a entraîné une réduction de l’utilisation d’eau douce par unité de production de 90 % depuis 1985.

Gestion environnementale

ExxonMobil divulgue ses dépenses en matière de protection environnementale chaque année, entre autres indicateurs de performance environnementale, dans le Rapport sur le développement durable.

En savoir plus

Impliquer les parties prenantes dans le développement de solutions en matière d’eau durables

ExxonMobil collabore avec les parties prenantes pour promouvoir la viabilité à long terme des eaux de source, des bassins d’eau et des écosystèmes connexes dans les régions où nous opérons.

Par exemple, en octobre 2012, la Qatar University et ExxonMobil ont conclu un partenariat pour rechercher des technologies de réutilisation des eaux usées industrielles. En particulier, les chercheurs étudient les phytosanitaires, un processus qui utilise des plantes natives pour nettoyer l’eau dans un système de zones marécageuses. Les eaux usées traitées peuvent ensuite être réutilisées dans des applications non potables, telles que l’irrigation de parcs et espaces verts.

L’organisme à but non lucratif Wildlife Habitat Council travaille avec les entreprises pour créer des habitats sauvages sur leurs propriétés et mener des programmes d’éducation en matière conservation qui impliquent les employés et la communauté locale. ExxonMobil a reçu la certification Wildlife at Work du Council pour plusieurs sites. Par exemple :

  • Les marécages et les habitats migratoires aquatiques en Louisiane. À Fifi Island, nous avons travaillé avec l’U.S. National Oceanic and Atmospheric Administration pour construire des récifs d’huîtres qui aident à stabiliser la côte érodante.
  • Un étang pour truites fardées du Colorado, développé il y a plus d’une décennie par les employés dans un site près de Labarge, Wyoming. Ils ont continué à le maintenir en coopération avec le Game and Fish Department du Wyoming.
Notre habitat sauvage protégé

ExxonMobil divulgue le nombre d’hectares d’habitat sauvage protégé, entre autres indicateurs de performance environnementale, dans le Rapport sur le développement durable.

En savoir plus

ExxonMobil est activement impliqué dans de nombreux groupes mondiaux, régionaux et locaux cherchant à améliorer l’environnement. Notre raffinerie de Baton Rouge est un membre actif d’un groupe de travail conjoint du secteur industriel sur les nitrates depuis plus d’une décennie. Il a reçu des prix du gouverneur de Louisiane et de l’Agence américaine de protection de l’environnement en reconnaissance de ses efforts volontaires visant à réduire les rejets de nitrate.

Engagement communautaire

Nous cherchons à comprendre et à répondre aux préoccupations et aux attentes des communautés locales en matière d’eau liées à nos activités.

Bien que la technique de fracturation hydraulique ne soit pas nouvelle dans l’industrie pétrolière et gazière, la récente expansion rapide du pétrole et du gaz de schiste dans de nouvelles communautés signifie que l’industrie doit répondre à des questions importantes sur ses impacts environnementaux. Pour renforcer la confiance de la communauté, ExxonMobil soutient la divulgation volontaire des ingrédients utilisés dans les fluides de fracturation hydraulique, et nos divulgations apparaissent sur les sites Web accessibles au public http://fracfocus.org/ (États-Unis), http://www.fracfocus.ca/ (Colombie-Britannique et Alberta), et http://www.ngsfacts.org/ (Europe).

Nous recherchons des solutions innovantes pour résoudre les problèmes liés aux eaux usées dans toutes nos opérations.

Les préoccupations concernant l’eau connaissent un pic pendant les périodes de sécheresse et ExxonMobil travaille avec les communautés pour répondre aux préoccupations. Lorsque le manteau neigeux n’a pas pu remplir le Green Mountain Reservoir en 2002, ExxonMobil a fait don de 5 500 acres d’eau issus de ses attributions pour aider les familles et les entreprises dans l’ouest du Colorado.2 Au cours d’une récente sécheresse en Australie, nos principales installations ont établi des équipes de conservation de l’eau afin d’identifier les opportunités d’économiser de l’eau et de mettre en œuvre une formation de conservation de l’eau pour les employés et les entrepreneurs, en lançant des projets qui réduisent considérablement les prélèvements d’eau du site.

Projets communautaires liés à l’eau

Dans certaines communautés où nous opérons, l’eau propre n’est pas disponible de façon régulière. Dans le cadre de notre approche de la création de nouvelles opérations, nous envisageons des opportunités qui apportent des avantages à la communauté locale et à nos activités, notamment en investissant potentiellement dans des projets communautaires en matière d’eau.

Par exemple, la filiale d’ExxonMobil en Indonésie, Mobil Cepu Limited (MCL), a lancé un programme communautaire afin de réduire l’incidence des maladies transmises par l’eau et de promouvoir une vie plus saine dans la région de Cepu Block en Indonésie. Pendant la saison sèche, de nombreux résidents dans cette zone manquent d’un accès fiable à de l’eau propre. Pour aider à gérer le programme, la communauté a établi un comité chargé de la gestion du budget, de la construction et de la surveillance des installations d’eau, et de la gestion de la distribution de l’eau. Un exemple se trouve dans le village de Ngasem, où une nouvelle tour d’eau sert de source principale d’eau potable distribuée aux foyers de la communauté via un réseau de conduites installé. À ce jour, le programme a bénéficié à plus de 25 000 membres de la communauté dans 17 villages.

Sources

  1. Ellis, M., Dillich, S. et Margolis, N., « Industrial Water Use and Its Energy Implications », décembre 2003.
  2. Denver Post, « Exxon’s Water-Rights Quenches Thirsty W.Slope », 12 juillet 2002

Contenu associé

L’eau

Depuis les années 1980, les eaux usées des raffineries et des usines chimiques sont épurées avec soin dans des stations d’épuration.

Eau Article

Comprendre la relation entre l’énergie et l’eau

À l’échelle mondiale, l’agriculture constitue le plus grand utilisateur d’eau douce, représentant 70 pour cent de tous les prélèvements. Bien que l’industrie pétrolière et gazière utilise beaucoup moins d’eau (l’usage industriel représente moins de 5 % du retrait total), elle joue un rôle important pour protéger la qualité de l’eau dans les zones où elle opère.

Eau Article